LES DÉFIS DU TRAVAILLEUR AUTONOME EN ENSEIGNEMENT



LES DÉFIS DU TRAVAILLEUR AUTONOME EN ENSEIGNEMENT

S’il y avait un mot à choisir pour caractériser le travailleur autonome ce serait probablement LIBERTÉ. Choisir ses horaires, choisir ses priorités, choisir son degré d’engagement, choisir ses objectifs etc. Un rêve ! Oui, mais encore faut-il savoir organiser et appréhender les défis de cette liberté, car si elle vient avec une certaine qualité de vie, elle vient aussi avec des inquiétudes et des doutes à savoir gérer. Victor Flores, instructeur de cours en groupe, et Marie-Eve Gosemick, entraîneuse certifiée des programmes d’entrainement dynamique Essentrics et Total Barre nous partagent leur expérience et nous donnent leur recette de la réussite.

Est-ce que mes cours vont se remplir ? Est-ce que je m’y prends de la bonne façon ? Est ce que mon investissement va porter ses fruits ? Ces questions, Victor Flores se les pose encore, après plus de 5 ans d’expérience à son compte. Pour lui, le travail autonome n’a pas été une évidence : « l’idée était là depuis un moment, mais je n’avais pas l’assurance pour me lancer » confie-t-il. Alors que faut-il vraiment pour se lancer ? Une décision, un peu de confiance et l’envie de porter sa propre vision de sa discipline. « Je voulais apporter ce dont moi j’avais eu besoin » explique Marie-Eve Gosemick.

NE PAS BRÛLER LES ÉTAPES

Le travail autonome ouvre la porte à de nombreux défis gratifiants, que ce soit pour en faire une carrière à temps plein ou pour enseigner une à deux fois par semaine. Par contre les frustrations peuvent vite arriver si on se lance les yeux fermés. Autrement dit, il faut se préparer, avoir un plan d’action, avoir des objectifs clairs. Avec du recul, Marie-Eve Gosemick considère qu’il y a des étapes à suivre pour bien démarrer :

  1. « S’assurer que ce qu’on enseigne est une discipline connue ».
  2. « S’assurer qu’on est connu comme professeur et qu’on a déjà une petite clientèle fortement intéressée par nos cours ».
  3. « Investir du temps pour être en contact avec sa clientèle et aller chercher de la satisfaction. »

TROUVER SA SIGNATURE

Bâtir son entreprise à son image, se démarquer, trouver sa signature… Tout ceci est d’autant plus important pour un enseignant qui doit non seulement vendre sa discipline, mais aussi se vendre soi-même avec sa personnalité. Et rester soi-même dans ce monde de compétitivité, ce n’est pas toujours facile ! Pour Victor Flores la clé est de se souvenir pourquoi on fait les choses. « Le succès vient quand tu fais ton travail parce que tu aimes ça, parce que tu aimes danser, tu aimes l’activité physique, tu aimes te donner. Quand tu le fais en pensant à l’argent tu donnes un cours de moins bonne qualité parce qu’en réalité tu n’as pas envie d’être là. » En résumé, il faut se lancer avec méthode mais aussi avec la bonne attitude !

MISER SUR L’HUMAIN

Un cours de groupe est avant tout un échange ! Alors n’oublions pas de bien communiquer avec ses élèves. Pour la touche humaine, Marie-Eve Gosemick a ses méthodes : elle mise sur des courriels individualisés et un groupe Facebook, plus intime et privilégié qu’une page Facebook selon elle. « Mon but avec l’Essentrics c’est d’essayer de soulager les tensions. Tout le monde a des tensions ou des déséquilibres en fonction d’un certain vécu. C’est pourquoi j’aime connaître l’historique des gens, j’aime savoir à qui je m’adresse. La raison pour laquelle les gens reviennent c’est parce qu’ils ont senti qu’ils étaient à la bonne place. Avoir une introduction humaine par des communications personnalisées, ça permet de gérer les attentes. C’est beaucoup de temps, mais c’est comme ça que j’ai développé une clientèle. » 

ÊTRE PROACTIF ET SE RENOUVELER

Il y a toujours à faire quant à ses stratégies de communication, de promotion, de gestion etc. Victor Flores considère que les réseaux sociaux sont un outil majeur, mais il saisit aussi toutes les autres occasions pour se faire connaitre. Il s’agit de « semer des graines » dans la tête des gens. « Peut-être tu ne vas pas être toujours payé, mais il faut aussi que tu donnes pour recevoir. Au début je n’avais pas d’argent, donc je mettais des circulaires sur les voitures, j’allais dans les dépanneurs. Il y a plein de façons de faire et il ne faut surtout pas voir ça comme du temps perdu ». Et tout ça ce n’est pas qu’au début ! Amener sa clientèle dans ses premiers cours est une première étape, la garder est tout aussi important. Répondre présent aux nouveaux défis, se mettre à jour, se former, font partie des tâches essentielles de l’enseignant autonome.

Une chose est sûre, si vous embrassez l’univers du travail autonome avec passion, vous aurez à coup sûr une vie qui vous gardera loin de la routine et qui vous réconciliera avec le sentiment d’accomplissement de soi. 

 

Si l’idée d’enseigner à votre compte vous traverse l’esprit, n’hésitez pas à vous renseigner sur nos studios et nos services destinés aux travailleurs autonomes.

 

Mélanie Boisliveau
Chargée de contenu numérique

Formulaire de contact

Votre nom / Your name :

Courriel / E-mail :

Téléphone / Phone

Message